Форумы inFrance  - Франция по-русски
Вернуться   Форумы inFrance - Франция по-русски > Наш дом культуры и отдыха > Музыкальный клуб

        Ответ        
 
Опции темы Опции просмотра
  #121
Старое 11.11.2004, 18:49
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
"Nolita", nouvel album de Keren Ann, entre New York et Paris

PARIS (AFP), le 11-11-2004

Keren Ann, l'une des artistes les plus talentueuses de la "nouvelle chanson française", a sorti mardi son quatrième album solo en quatre ans, "Nolita", beau disque de folk délicate et hantée, écrit et enregistré entre New York et Paris.

"Nolita, c'est North of Little Italy, le quartier de New York où je réside quand je suis là-bas. Mais pour moi, Nolita c'est aussi +No Lolita+, une connotation que j'aime bien par rapport au statut de la femme", explique à l'AFP Keren Ann, mèche et oeil aussi noirs que sa voix est douce.

Née en Israël il y a 30 ans d'un père d'origine juive russe et d'une mère néerlando-indonésienne, Keren Ann a vu sa carrière démarrer en 2000. Cette année-là sort son premier disque, "La biographie de Luka Philipsen", ainsi que l'album du retour triomphal d'Henri Salvador, "Chambre avec vue", dont elle a signé une bonne partie des titres avec Benjamin Biolay.

Depuis, grâce à son talent d'auteur-compositeur, elle s'est imposée comme l'une des représentantes les plus brillantes de la "nouvelle chanson française".

Pour autant, la musique de cette fan de Bob Dylan et Nick Drake est marquée par des influences anglo-saxonnes, d'autant plus palpables dans "Nolita" que l'album a été créé entre deux continents.

"J'ai écrit la plupart des chansons à New York, j'ai commencé à enregistrer à Paris, mon port d'attache, puis j'ai ressenti le besoin d'emmener tout mon matériel et d'aller enregistrer là-bas", glisse-t-elle.

D'ailleurs, quatre des chansons du disque sont en français et les six autres en anglais.

frénésie créatrice

"Certaines mélodies se prêtent mieux au français, d'autres à l'anglais. C'est souvent la mélodie qui décide, et pas moi", souligne-t-elle.

Résultat, un album à l'atmosphère à la fois dense et éthérée, où guitare folk, piano et sons de cordes ou de cuivres discrets se mêlent à la voix suave de la chanteuse, qui évoque celle de Françoise Hardy.

"J'ai fait la musique d'un film sans le film. Il y a des moments où l'album a un côté très urbain, d'autres où on se croit dans les bois après la pluie", lance Keren Ann, dont l'album est traversé, comme hanté, par plusieurs personnages: "Lily Langtry, la maîtresse d'Edouard VII d'Angleterre, qui allait au Chelsea hôtel (lieu mythique de la culture à New York) inspirer des peintres, des écrivains, des photographes, ou Alice Springs, le nom de photographe de June Newton" (la veuve d'Helmut Newton).

Son précédent opus solo, "Not going anywhere", remontait à octobre 2003 et elle avait sorti, le mois suivant, l'album "Lady and Bird" en duo avec l'Islandais Bardi Johannsson (Bang Gang).

Une frénésie créatrice qu'elle justifie dans un sourire: "J'ai constamment besoin d'avoir un projet en cours, album solo ou collaboration. Pour que je sorte du lit le matin, il faut qu'il y ait quelque chose qui m'obsède!"


Сам пока ещё не слышал (не хочу больше быть пиратом хотя бы по отношению к нравящимся мне исполнителям ), обещали доставить через 2 недели. Но на форуме BB/KA преобладают слегка разочарованные отклики
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #122
Старое 15.11.2004, 23:48     Последний раз редактировалось Bérurier; 15.11.2004 в 23:52..
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
La rencontre de deux dandys
Biolay à l'école de Ferry
Quand Benjamin Biolay interviewe Bryan Ferry... ils se découvrent un amour commun pour les chansons tristes, pour Bogart et pour Catherine Deneuve. Une preuve que l'élégance ne connaît pas de frontières.


Et si l'élégance était en train de revenir à la mode dans le monde - pas toujours très élégant - des musiques populaires ? Voyez Benjamin Biolay ! En quelques chansons sobres et séduisantes (dont Jardin d'hiver, la douce rengaine qui a relancé la carrière d'Henri Salvador), le jeune auteur français (29 ans) s'est bâti une réputation. Artisan délicat, cultivé, capable d'ourdir les refrains les plus (sobrement) mélancoliques de l'époque - pour lui-même ou pour d'autres -, il est aujourd'hui le « songwriter » qu'on s'arrache, dépositaire d'une « qualité française » à la hausse. Pourtant, tout aussi exigeant qu'élégant, la révélation masculine des récentes Victoires de la musique ne se laissera pas enfermer dans un costume trop étroit pour ses envies. Pour preuve, son premier album, Rose Kennedy, a été rapidement suivi de Remix, CD inédit présentant des relectures teintés d'électro. De l'élégance du contre-pied joliment maîtrisé...

Adolescent, Benjamin Biolay avait un modèle en raffinement : l'Anglais Bryan Ferry. Dans le genre, un maître, une icône. Les deux musiciens ont beaucoup en commun - l'amour des mélodies accroche-coeur, une façon très classieuse de chanter un temps qui n'est plus, une passion pour le cinéma d'auteur, le goût des costumes sombres -, même si trois décennies les séparent. A 57 ans, Bryan Ferry, éternel zazou, toujours impeccablement mis, a beaucoup vécu. Le rock le plus glamour avec son groupe Roxy Music, les folles seventies, les tentations... A l'époque, le public le prenait pour un prince décadent, lui qui était pourtant né dans les environs de Newcastle la prolétaire, d'une mère ouvrière et d'un père fermier. Bryan Ferry : certainement le plus humble et exquis des parvenus du rock.

Après la séparation de Roxy Music, au début des années 80, vint la nécessité de s'inventer une stature de soliste différent, rock star délicate, dandy attachant. Hors du temps, hors des modes. Toujours in à force d'être définitivement out. Homme de voix et homme à femmes, Ferry enchaîne les tubes (et encaisse les chèques de royalties). Charmeur mais anxieux, l'homme voudrait faire croire qu'il est un laborieux, un incurable perfectionniste. Histoire de justifier sa peu prolifique (et pas toujours régulière) production des quinze dernières années. Esthète, on le croit, mais bosseur acharné, on doute... Toujours est-il qu'après As time goes by, somptueux album de reprises de standards des années 30-40 paru en 1999, on se réjouit de le voir revenir, en toute simplicité, avec Frantic : un disque à la fois facile et subtil, engageant fourre-tout de reprises plus attachantes que révolutionnaires et d'originaux qui auraient, à quelques détails sonores près, pu être enregistrés il y a vingt ans... Au fond, c'est pour ça qu'on l'aime. Pour ces voyages immobiles qu'il nous distille, nous permettant de goûter, comme des instants volés, à la douceur d'une époque, de sons et de lieux évaporés. Et c'est sans doute aussi pour ça que Benjamin Biolay, son élégant cadet, a accepté notre offre : passer de l'autre côté du micro le temps d'interviewer le plus singulier des chanteurs britanniques.

Benjamin Biolay : Quand le premier album de Roxy Music est sorti, en 1972, vous aviez déjà 26 ans. Des débuts plutôts tardifs, non ?

Bryan Ferry : J'ai fait très peu de musique avant cet âge-là, c'est vrai. En fait, je suis allé à l'université de 1964 à 1968, pour apprendre la peinture, mon premier grand amour. A la fac, j'ai un peu expérimenté le chant avec un groupe spécialisé dans les reprises - on jouait du rhythm'n'blues, Otis Redding, ce genre de choses... On jouait sérieusement, et plutôt bien - on avait même une section de cuivres complète -, mais lorsque les autres musiciens sont passés professionnels, je ne les ai pas suivis, m'imaginant plutôt devenir célèbre par la peinture... Au terme de ces quatre années, je suis parti vivre à Londres, et la musique a alors envahi ma vie. J'ai commencé à écrire des chansons sur un harmonium, n'ayant pas les moyens de m'acheter un piano. Les toutes premières ont terminé sur le premier album de Roxy, publié en 1972. J'avais rencontré les membres du groupe - Phil Manzanera, Brian Eno, Andrew Mackay... - au fur et à mesure, les trois années précédentes. Au début de l'année 1970, nous étions au complet.

Benjamin Biolay : Vous avez gardé des traces enregistrées de ces débuts ?

Bryan Ferry : Oui, j'ai tout ça à la maison. Des choses plutôt émouvantes à écouter... Pour Roxy Music, tout a démarré grâce à une bande que j'avais envoyée à un journaliste du Melody Maker, le grand hebdomadaire musical anglais. Séduit, il a écrit un article sur Roxy Music, puis John Peel, le célèbre DJ de la BBC, a relayé cet enthousiasme en nous invitant à jouer à la radio. Notre premier contrat discographique est venu juste après - déjà avec Virgin... Aujourd'hui, quand je réécoute notre premier album, je suis gêné par ma voix. J'ai l'impression d'entendre un jeune type crier sans discernement ! Et j'ai envie de lui dire "calme-toi, tout va bien se passer".

Benjamin Biolay : A l'époque, vous écriviez musique et paroles sans difficultés ?

Bryan Ferry : Les mélodies, toujours de manière naturelle, facilement. Mais les textes, non ! Depuis que j'écris des chansons, la mélodie vient toujours en premier, et les textes se font attendre. Pour vous aussi ?

Benjamin Biolay : Toujours. Je trouve d'abord une mélodie, et ensuite je me bats pour y coller des mots...

Bryan Ferry : Ça doit être génial de s'appeler Elton John ! [Rires...] On s'assied au piano et tout vient en même temps, musique, textes... C'est pour moi inconcevable.

Benjamin Biolay : La notion d'âge compte-t-elle pour vous ? Vous étiez-vous fixé des limites ?

Bryan Ferry : Pas vraiment. Si j'ai levé le pied à une époque de ma vie, c'était surtout pour m'occuper de ma famille, de mes enfants... Je ne calcule pas, j'évite de trop prévoir. Et je reste fasciné par ces moments où les choses s'enchaînent comme par miracle, sans qu'on ait vraiment pu réfléchir. Si on m'avait dit, il y a quelques années, que j'allais reformer Roxy Music le temps d'une tournée américaine, je n'y aurais jamais cru. Et pourtant, je l'ai fait, il y a quelques mois ! Grâce à un heureux enchaînement de circonstances et à quelques amis qui m'ont dit : "Tu sais, les gens adorent ces chansons de Roxy Music..." Lors de la tournée qui a suivi la sortie de mon dernier album, As time goes by, le public, effectivement, était ravi d'entendre des chansons de Roxy Music. Alors je me suis laissé tenté et j'ai reformé le groupe le temps de quelques concerts... Il ne faut jamais sous-estimer cette force que vous donne le public. Plusieurs fois, je me suis senti littéralement poussé en studio après une série de concerts où j'avais ressenti cette force, cette présence stimulante des gens qui m'apprécient. Si j'avais un seul conseil à vous donner, ce serait celui-là : rester attentif à ce que vous disent les gens qui vont vous voir en concert.

Benjamin Biolay : Quelle est la partie de votre travail qui vous donne le plus de satisfaction ces temps-ci ?

Bryan Ferry : J'ai le sentiment d'être un meilleur artiste de scène aujourd'hui. Je crois que mes grandes années d'écriture de chansons sont plutôt derrière moi et que, désormais, c'est en concert que je donne le meilleur de moi-même.

Benjamin Biolay : Si vous avez dix minutes à la maison, de quel instrument jouez-vous ?

Bryan Ferry : Du piano. Mais c'est très rare pour moi de jouer ainsi, à l'improviste, pour le plaisir. Si, l'autre soir, pour une soirée entre amis, j'ai joué assez longtemps. Un moment agréable... Quand je suis à la maison, je m'occupe surtout de mes garçons. J'en ai quatre, de 12 ans à 19 ans.

Benjamin Biolay : Et vous écoutez de la musique avec eux, des nouveautés, des jeunes groupes ?

Bryan Ferry : Mon fils aîné m'a fait découvrir ce groupe de Los Angeles, Eels, que j'adore. Excellentes mélodies, rythmiques étonnantes... Mais en général, j'écoute peu de nouvelles musiques. Et quand j'enregistre un disque, encore moins : je me ferme complètement à toute influence musicale extérieure. Par exemple, je vis très bien sans connaître la musique de Björk. Je suis sûr que ce qu'elle chante et écrit est très intéressant, très beau, mais je ne ressens aucun besoin de l'écouter. Par contre, j'aime beaucoup la musique de Mary J. Blige, surtout grâce à la production de Dr Dre, à la fois très simple et terriblement efficace - j'ai toujours été fan de ce genre de minimalisme énergique.

Benjamin Biolay : J'avais envie de vous parler de cinéma. De Casablanca en particulier, votre film fétiche...

Bryan Ferry : J'aime tous ces grands classiques en noir et blanc, les dialogues précis, romantiques, les scénarios éloquents, et la lumière, toujours parfaite, dans Casablanca, Citizen Kane ou Rebecca... Dans Casablanca, Humphrey Bogart atteint un niveau de jeu insurpassable, non ? Ce rôle de type dramatiquement "cool", à la fois dur en surface et doté de ce coeur énorme, caché. En voyant ce film pour la première fois - j'étais encore à la fac -, je voulais lui ressembler, lui piquer ses tics, ses poses... Plus tard, j'ai aussi été nourri par la Nouvelle Vague, autre influence importante pour le personnage que je travaillais à construire.

Benjamin Biolay : On a toujours dit de vous que vous étiez un dandy...

Bryan Ferry : C'est sans doute très lié au cinéma. Quand j'étais adolescent, j'ai visionné avec passion ces classiques avec Bogart, Cary Grant, tous les Hitchcock. Et puis les comédies musicales, les films de Fred Astaire, de Gene Kelly. Il y avait là un mélange d'éloquence et de légèreté que j'ai essayé d'insuffler, par la suite, dans l'univers de Roxy Music : notre musique était souvent assez sombre dans l'esprit, mais j'y mettais toujours une dose d'humour, histoire de troubler l'auditeur. Astaire et Kelly portaient en eux une dose de joie de vivre [en français dans le texte, NDLR] qui m'a beaucoup influencé et m'a permis de contrecarrer ce côté raide que peuvent avoir les Anglais. J'ai grandi dans le nord de l'Angleterre, à Newcastle, une région industrielle assez reculée, fermée. Pas facile de s'y sentir différent... Quand on se passionnait comme moi pour le cinéma et pour la musique noire américaine - le blues, le jazz, le rhythm'n'blues, la soul -, c'était aussi une façon d'échapper au moule britannique, d'affirmer sa particularité. Quand j'ai entendu le bluesman américain Leadbelly pour la première fois - j'avais 10 ans , ça a changé ma vie ! Quelques années plus tard, je suis tombé dans la musique soul, et les disques du label Motown m'ont immédiatement parlé : pour le jeune peintre que je voulais devenir, le côté brûlant de la soul américaine faisait sens, j'y entendais une dimension charnelle, presque sexuelle, qui me parlait bien plus que la musique des Beatles, que j'appréciais pour leurs mélodies, mais sans plus.

Benjamin Biolay : Vous les avez rencontrés ?

Bryan Ferry : Paul McCartney plusieurs fois... Est-ce que j'ai eu envie de jouer avec lui ? Oh non, ça, jamais... Pas mon genre. Avec Lennon, pourtant, j'aurais été tenté, mais tristement, je ne l'ai croisé qu'une fois. C'était au Japon et Yoko Ono était collée à ses basques, alors on n'a pas pu converser longtemps. Contrôle très strict, je peux en témoigner.

Benjamin Biolay : Votre reprise de Jealous Guy, le classique de John Lennon, est un modèle du genre.

Bryan Ferry : J'adore enregistrer des reprises. On a toujours quelque chose à apprendre d'une chanson écrite par quelqu'un d'autre... Vous êtes un jeune auteur, vous devez avoir des centaines d'idées de chansons, mais plus tard, vous verrez, vous aurez sans doute envie de retourner vous nourrir chez Bob Dylan, chez Lou Reed, chez Lennon... Il ne faut jamais hésiter à changer ses perspectives. D'ailleurs, je devrais sans doute faire comme vous un jour, passer de l'autre côté du miroir le temps d'une interview avec quelqu'un que j'apprécie.

Benjamin Biolay : Et qui choisiriez-vous alors d'interviewer ?

Bryan Ferry : Sans doute quelqu'un dans le monde du cinéma, une jeune actrice de Hollywood que je pourrais essayer de séduire [rires]... Ah non, je sais, bien sûr, Catherine Deneuve, que j'ai toujours adorée !

Benjamin Biolay : Catherine Deneuve ? Vous voulez dire... ma belle-mère, qui aime d'ailleurs beaucoup votre musique ?

Bryan Ferry : Comment ça, votre belle-mère !?!

Benjamin Biolay : Oui, je vis avec sa fille, Chiara.

Bryan Ferry : Fantastique ! [Rires...] Alors transmettez mes salutations admiratives à Catherine, et ce message : je suis tout à fait d'accord pour la rencontrer, l'interviewer, tout ce qu'elle veut. Et son jour sera le mien.


Всегда испытывал слабость к музыке Ферри, последнего певца декаданса, теперь понятно, почему не смог пройти спокойно мимо творчества Бьёле


PS. Статья датирована 26-м апреля 2002
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #123
Старое 19.11.2004, 22:04     Последний раз редактировалось Bérurier; 19.11.2004 в 22:05..
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
Berurier пишет:
В 2005 году свой новый альбом выпустить Ванесса Паради. Как вы думаете кто принимает участие в его выпуске? Конечно вездесущий  ББьёле , равно как и Ален Шамфор
Оказалось, что сам Бьёле об этом ничего и не слышал. Сорри, что непроверенную инфу Вам подкинул, самого фр. медиа ввели в заблуждение.
Вот его сообщение на форуме поклонников

Benjamin Biolay
Artiste

Inscrit le: 16 Avr 2003
Messages: 85

Posté le: Jeu Nov 18, 2004 11:49 pm    Sujet du message:    
Rumeur collaboration BB sur prochain album Vanessa Paradis


si c'est vrai, je suis le seul à ne pas être au courant...
(il faudrait peut-être que je songe à interroger mon répondeur).



__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #124
Старое 20.11.2004, 02:37
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
Les regards croisés de Keren Ann et Françoise Hardy en écoute
http://www.lesinrocks.com/DetailArti...?iditem=165803
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #125
Старое 24.11.2004, 23:34
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
dans le dernier numéro de studio n° 207 décembre 2004

auteur de la b.o. de "clara et moi", le chanteur benjamin biolay pourrait faire ses débuts d'acteur en 2005 dans "le magot", nouveau long métrage de sylvie verheyde, dans lequel il donnerait la réplique à virginie ledoyen.
la réalisatrice y retrouverait aussi quelques-uns de ses acteurs fétiches, dont karol rocher et jeannick gravelines.

__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #126
Старое 05.01.2005, 15:09
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
qu'ont en commun les pochettes des derniers disques de björk ou madonna, le catalogue vert baudet, le décor de l'opéra "antigone" mis en scène par éric vigner, la campagne pour les slips calvin klein, l'affiche du film "tropical malady", la décoration d'un café branché de la rue etienne-marcel à paris, la ann lee de "no ghost just a shell", le clip "d'une chaise a tokyo" de benjamin biolay, la nouvelle charte graphique des arts-déco, l'identité visuelle du palais de tokyo ? on pourrait poursuivre la liste longtemps : toutes ces images sont signées m/m* et sont de celles qui donnent un style à l'époque.


*mathias augustyniak
et michaël amzalag
deux français qui ont fondé m/m en 1992



Их сайт здесь:
http://www.mmparis.com/list.html
оформлен ужасно, но главное не внешний вид, содержание, не так ли?
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #127
Старое 05.01.2005, 18:17
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
А в феврале сестрёнка Бьёле Coralie Clément выпускает свой второй сольный диск "Bye bye Вeauté".

1. Indecise
2. Gloria
3. L'Enfer
4. Avec Ou Sans Moi
5. Un Beau Jour Pour Mourir
6. Beau Fixe
7. Kids (Jeu Du Foulard)
8. L'Impasse
9. Et Pourtant
10. Ta Reverence
11. Bye Bye Beaute
12. Epilogue
А здесь можно скачать две песни из этого альбома:
http://folksongs.free.fr

Если кому интересно:
"déconcertantes mais heureuses quand meme", c'est ainsi que CC parle des 3 années qui se sont écoulées depuis la sortie de son premier album : 3 années de changement, de rencontres et de concerts qui ont emmené la chanteuse jusqu'au japon, un enchainement d'évenements qui ont offert à coralie la précieuse opportunité de "comprendre comment fonctionne la musique".

coralie a ressentit le besoin de faire franchir un nouveau pas à sa carrière rapidement apres la sortie de son premier album : "en vérité, je voulais enregistrer un deuxieme album tout de suite apres, mais je n'ai pas eu le courage de l'avouer tout haut!". et malgré qu'elle ait pris la résolution de s'investir encore plus dans cette nouvelle expérience, elle ne s'est pas encore sentie prête à achever un album toute seule.

ce nouvel album a commencé à prendre forme suite à une série de voyages à new york. à la recherche d'un coté plus rock pour sa musique, coralie a rencontré nada surf, un groupe américain avec lequel elle a immédiatement accroché, et a passé pas mal de temps à écouter blonde redhead, ed harcourt, stina nordenstam et metric : des discussions intimes qui, sans qu'elle s'y attende, a servi de source d'inspiration pour se créer un nouveau son. avec son groupe, elle s'est enfermé dans un studio de répétition, et a inlassablement gribouillé des idées dans ses carnets.

"indécise", une chanson qui doit un ou deux trucs à shiva, le dieu de la destruction, est également un souvenir du temps que coralie a passé dans la grande pomme, avec les trompettes mariachi lancinantes, un clin d'oeil au groupe calexico. ce bout définit le ton de "bye bye beauté", l'album que coralie a rapidement enregistré entre paris et brooklyn cet été.

cette collection (de chansons?) précise comme un rasoir et opportune/pile poil comme il faut/de bon gout/etc est également une affaire de famille : coralie ne pouvait imaginer sortir un album sans impliquer son frere, le musicien BB, qui a dépoussiéré sa vieille guitare, son ampli antique et crachottant, et qui a redécouvert son adolescence. deux ou trois coups de fil plus tard, un noyau d'amis musicians de longue date a rejoint le studio pour jouer fort et fièrement - sans pression, juste pour le fun et en souvenir du passé.

puis viennent les chansons "l'enfer" et "un beau jour pour mourir" sur lesquelles la voix de coralie fait flotter une mélodie sur un décor musical hargneux, créant une ile de tendresse au milieu d'un paysage rock/rocailleux (calembour!) où ses douces vocalises ésquivent la violence retenue des guitares. "kids" révèle le coté pop de coralie : assurément un hit, le refrain de cette chanson résonnera dans l'esprit des ados du monde entier, qui s'identifieront au texte plein d'esprit. tout au long de cet album, l'intensité, l'authenticité, et meme la crudité (?) des mots s'élèvent dans un violent contraste avec le caractère pop/rock de la voix de coralie : le succès de "bye bye beauté" réside dans ce contraste meme.

dans "avec ou sans moi", coralie s'amuse de sa vie de femme française à new york, avec daniel lorca de nada surf répondant dans "mais pourtant" une chanson malicieuse mais pleine de désillusion. la chanson titre "bye bye beauté" n'est pas un simple clin d'oeil au velvelt underground : cette chanson subliment menée est également un parfait hommage au groupe. l'intensité du rythme ne fait qu'une avec la passion du texte.

cette album rassemble une collection de ballades remuantes, comme le magique "gloria" et son arrangement de flute venu tout droit du paradis ; le puissant "beau fixe" où la voix de coralie est mise complètement à nue par un fender rhodes ; et "epilogue" où elle démontre son aptitute à se réinventer.

une deuxieme chance pour une premiere impression?

__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #128
Старое 07.01.2005, 09:43     Последний раз редактировалось Золушка; 07.01.2005 в 09:46..
Мэтр
 
Дата рег-ции: 02.11.2001
Откуда: Москва
Сообщения: 16.404
Я слушала ее первый диск, никакой. Я лично была очень неприятно удивлена, что она его сестра. "Ну как не порадеть родному человечку".
Золушка вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #129
Старое 07.01.2005, 23:00
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
Золушка, Вы очень к ней строги
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #130
Старое 08.01.2005, 22:52     Последний раз редактировалось Bérurier; 08.01.2005 в 23:13..
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
Здесь можно посмотреть клип BB/CM "Folle de toi"

http://www.laredoute.fr/Editorial/re.../createurs.htm
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #131
Старое 11.01.2005, 18:39
Мэтр
 
Дата рег-ции: 02.11.2001
Откуда: Москва
Сообщения: 16.404
Вы ведь наверняка на форуме Керен Анн бываете. Там не обсуждали, где она сейчас живет? Я случайно по радио услышала, что новый альбом "Нолита" назван по имени района в Нью-Йорке, где она живет. Но я плохо понимаю на слух, могу напутать, Вы не в курсе?
Золушка вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #132
Старое 11.01.2005, 20:04
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
Nolita = North little Italy район в Нью-Йорке, где Керен живёт, когда бывает там и который ей очень нравится. Этот альбом был записан как в Штатах, так и во Франции. Да и по-английски она половину песен там поёт. Но однозначно утверждать, что она там живёт нельзя, просто очень много времени проводила, когда записывала его.
Nolita так же означает и No Lolita

__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #133
Старое 12.01.2005, 01:05
Кандидат в мэтры
 
Аватара для miss BBd
 
Дата рег-ции: 21.06.2004
Откуда: Санкт-Петербург, Paris 91200
Сообщения: 344
Berurier, а этот альбом ВВ/СМ продается у нас?.....я послушала,то что было на сайте....мне понравилось....даже более чем....
и еще вопрос...как альбом называется -"HOME"?
miss BBd вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #134
Старое 12.01.2005, 07:40
Мэтр
 
Дата рег-ции: 02.11.2001
Откуда: Москва
Сообщения: 16.404
А я-то было подумала, она совсем переехала, ну, думаю, и она сбежала. Хороший район, между прочим, нашла его на карте, это рядом с Сохо.
Золушка вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #135
Старое 13.01.2005, 01:23
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
miss BBd, не знаю, сам "не у нас" покупал
Если хотите запишу.
Золушка, я и где Сохо-то находится не знаю , но Вам верю, что хороший.
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #136
Старое 14.01.2005, 08:41
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
Новая песня Бьёле, вышедшая на диске "Sidaction 10 ans ensemble".

Aimer tue

une seconde de bonheur
room service à toute heure
à l'étage un bar panoramique
sashimis synthétiques
un colloque
naturisme et vécu

aimer tue dès la première seconde
aimer nuit déjà gravement à tout le monde
aimer nous tuera qu'on soit soumise ou pute
et plus dure sera la rechute

une minute de répit
california maki
à la une quelques crimes passionnels
quelqu'un est tombé du ciel
une console (ouais)
tétris
j'évacue

aimer tue dès la première seconde
aimer nuit déjà gravement à tout le monde
aimer nous tuera qu'on soit soumise ou pute
et plus dure sera la rechute

sachez qu'aimer nuit à votre entourage
être amoureux fou est un vilain présage
aimer nous tuera qu'on soit soumise ou pute
et plus dure sera la rechute

puisque aimer tue, aimer tue (*3)
puisque aimer tue, m'aimez-vous (*3)
même vous, même moi

Voix additionnelle : Chiara

Я его поначалу и не узнал, но песня очень красивая, хотя и отличается от его предущих работ.
с его форума:
C'est vrai que le début est plutôt surprenant, sa voix est tellement grave! Mais après tu verras peu à peu on s'y fait, le refrain devient prenant, et je trouve la musique vraiment belle, originale, très différente de ce qu'il a pu faire auparavant. C'est un nouveau BB qu'on découvre là! Vivement le prochain album s'il est ainsi!
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #137
Старое 16.01.2005, 17:16
Кандидат в мэтры
 
Аватара для miss BBd
 
Дата рег-ции: 21.06.2004
Откуда: Санкт-Петербург, Paris 91200
Сообщения: 344
Berurier, да, спасибо, пожалуй если это удобно и возможно, я бы воспользовалась Вашей помощью. Потому как я прошлась по муз.магазинам и ...поняла,что это безуспешно...
miss BBd вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #138
Старое 16.01.2005, 19:48
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
miss BBd, и возможно, и удобно
Надо только договориться о том, как передать
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #139
Старое 16.01.2005, 23:48
Кандидат в мэтры
 
Аватара для miss BBd
 
Дата рег-ции: 21.06.2004
Откуда: Санкт-Петербург, Paris 91200
Сообщения: 344
Berurier, пожалуйста, загляните в Ваш почтовый ящик
miss BBd вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #140
Старое 28.01.2005, 14:01
Кандидат в мэтры
 
Аватара для miss BBd
 
Дата рег-ции: 21.06.2004
Откуда: Санкт-Петербург, Paris 91200
Сообщения: 344
Berurier, спасибо большое, очень приятная музыка...особенно"Folle ce toi"...merci .....
miss BBd вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #141
Старое 11.03.2005, 20:01
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
on entend sur pure FM, la radio francophone belge pour les jeunes gens dynamiques et urbains un single du très prochain nouvel album de cet atypique artiste liégeois, Miam Monster Miam. "Sophie", il s'appelle, le single. Et bien franchement, ça sonne vachement vachement comme du Benjamin Biolay

А здесь можно скачать её и убедиться в правоте вышеприведённых слов:
http://www.miammonstermiam.com/files/Sophie.mp3
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #142
Старое 11.03.2005, 21:38
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ

Новый альбом ВВ ожидается 29.03.05
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #143
Старое 16.03.2005, 01:19
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
А тем временем на сайте Фнака уже можно послушать полутораминутные отрывочки четырёх песен с нового альбома ВВ. Качество не ахти, но представление о новых песнях составить себе можно.
Нужен RealOnePlayer

http://www.fnac.com/Shelf/article.as...9a75a3d2e&Fr=3
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #144
Старое 04.05.2005, 21:45
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
А альбом-то уже вышел.
14 прекрасных песен.
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #145
Старое 05.05.2005, 01:29
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
Connaître la différence entre un disque médiocre, un bon disque et un excellent n'est pas très compliqué. Il suffit de lui faire subir le test de l'usure du temps. Par exemple le mettre dans un lecteur CD sur la route ou chez soi et le passer ad vitam aeternam jusqu'à ce que mort s'ensuive. On n'a pas fait le test, mais gageons qu'une galette de Vincent Delerm ne tiendra pas six heures. Le dernier Murat détiendra le score de 1829 jours. Benjamin Biolay quant à lui, pourra s'offrir le luxe d'être inusable.

C'est donc l'histoire d'un garçon enfin épanoui, prodigieusement créatif et inventeur d'un genre nouveaux sans possibilité de se faire caricaturer qui sort son troisième album. Fini les sanglots longs des violons empathiques, strangulé dans l'œuf la Gainsbourg attitude de "Négatif", c'est la Télécaster hurlante additionnée à l'invention d'un son propre à sa fratrie inauguré par "Home" puis poursuivie dans le dernier album de sa sœur pour s'éprendre pleinement ici dans cet origine d'un nouveau monde qui pousse le critique à vous conseiller ce disque. Réglant quelques comptes sur le rythme d'un rock endiablé sur "Ma Chair est Tendre", prenant une égérie pop (Françoise Hardy) pour lui donner la réplique sur "Adieu Triste Amour", Benjamin Biolay persiste à croire que les histoires d'amour finissent mal en général et que le bonheur n'est pas consigné dans ses bagages.

Les quatorze pistes sont réglées comme une montre de précision suisse pour vous faire prendre les montagnes russes d'un looser cocu qui se situe entre le plaisir de rire et de faire le brave ou le désir de pleurer sa rage. Plongeant pleinement du coté sombre avec un talk-over langoureux ou brutal, l'alcool aidant des écorchés vifs, il enroule sa voix de plus en plus agressive sur des orgies musicales parfois électriques, parfois rappeuses sortis du "Ground Zéro Bar", sinon en se finissant à bout de souffle, marqué par le sang dans le dos d'une balade de demoiselle. Magistral.
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #146
Старое 12.06.2005, 03:19     Последний раз редактировалось Bérurier; 12.06.2005 в 03:26..
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ

Хотелось бы, наконец, поделиться своими впечатлениями о последнем альбоме ВВ. Если кратко, то это его лучший с музыкальной точки зрения альбом. Именно как целый альбом; насколько стилистически разнообразный, настолько и целостный. Он не побоялся смешать в один альбом различные муз. стили, где можно услышать помимо бит и электро также рок (Ground Zero Bar, L'histoire d'un garçon), и ска (Сours!) и хип-хоп, чуть ли не рэп (L'appât), приправляя их одному ему свойственными мелодичными аранжировками и даже хоровым детским пением. Но есть и уже привычный ВВ (Dans mon dos, Paris / Paris, Me voilà bien, Même si tu pars). Чудный дуэт с Françoise Hardy (Adieu triste amour) своей "Bonne journée, adieu triste amour, pense à moi un peu moins chaque jour" воскрешает в памяти duo Gainsbourg/Deneuve "Souviens toi de m'oublier", а Париж Бьёле/Мастрояни в "Paris/Paris" в противовес Парижу Malcom McLaren/Catherine Deneuve из одноимённой песни совсем не такой глянцево-лучезарный, влюбляющий в себя, скорее наоборот:
(Chaque soir retombe la nuit
Que la foule est jeune et jolie
Quand on est seul est incompris
Dans les rues de Paris, Paris...
Tu penses aux mots qu'on n'a pas dit
Tu détestes Paris, Paris).
С точки зрения текстов, альбом очень мрачный, подчас жестокий, беспросветный, может от того, что уж больно восприимчив и чувствителен ВВ к тому хаосу, который нас окружает (судя по его интервью).
Агитировать не буду, но рекомендовать - порекомендую
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #147
Старое 15.06.2005, 14:41
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
Le fabuleux destin de Benjamin

Il chante la mélodie de la mélancolie avec des mots raffinés, mais ponctue ses phrases de «cramé», «clean», «trippé» venus de la rue... Un peu hip-hop, un peu yé-yé, il associe la mèche négligée, les maillots de basket et les chaussures de marque. Ne conduit pas. Déteste les montres. Habite le village de Saint-Germain-des-Prés. Sa part d'enfance est restée intacte en lui: la statuette sombre de Darth Vador, commandeur de Star Wars, gronde dans le salon à deux pas d'une collection de vaches et de DVD de séries télé. Mais la nuit protège «Petit Biolay», comme l'appelle tendrement Juliette Gréco: il retient les heures et compose jusqu'au matin. Voix de coton pleine de détermination, allure indolente d'élégant suranné, spontané, ombrageux, en retard, insomniaque, cool, cyclothymique, émotif, attentionné, boudeur et bohème, Benjamin Biolay, 32 ans, s'est imposé à toute allure - cinq ans seulement - et avec les félicitations du jury dans le petit monde de la chanson. «Avant, j'avais vécu une décennie de galères et de portes claquées au nez», rappelle-t-il, pas revanchard, quoique... C'est un artiste, mais aussi un caractère.
Целиком здесь: http://www.lexpress.fr/mag/arts/doss...on/dossier.asp
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #148
Старое 15.06.2005, 15:11
Мэтр
 
Дата рег-ции: 02.11.2001
Откуда: Москва
Сообщения: 16.404
Bérurier пишет:
С точки зрения текстов, альбом очень мрачный, подчас жестокий, беспросветный
Я слушала только L'histoire d'un garçon по радио, зато много-много раз. Каждый раз поражаюсь, насколько вообще-то депрессивная музыка, но почему-то от нее делается хорошо.
Золушка вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #149
Старое 15.06.2005, 16:43
Мэтр
 
Аватара для Bérurier
 
Дата рег-ции: 08.06.2003
Откуда: Санкт-Петербург
Сообщения: 1.890
Отправить сообщение для  Bérurier с помощью ICQ
Золушка пишет:
депрессивная музыка, но почему-то от нее делается хорошо.
Он сам себя однажды назвал "chanteur désespérément optimiste"
Просто он искренен в своих страхах и смятениях, но не похожи ли его страхи и смятения на наши. Вот только порой сами себе мы боимся в них признаться, а тут слышим, как об этом певец во всеуслышание chuchotе à l'oreille свои и наши des dépressions sentimentales.
А как же может не становиться хорошо, когда тебя понимают?
Золушка пишет:
Я слушала только L'histoire d'un garçon
Всё понял. Вскорости ждите остальные 13
__________________

la douleur m'éventre,
mais je ris dès que je peux
Bérurier вне форумов  
 Ответ с цитатой 
  #150
Старое 15.06.2005, 17:11
Мэтр
 
Дата рег-ции: 02.11.2001
Откуда: Москва
Сообщения: 16.404
Ой-ой, я искренне, без намеков, но конечно же спасибо!
Золушка вне форумов  
 Ответ с цитатой 
        Ответ        


Закладки


Здесь присутствуют: 1 (пользователей - 0 , гостей - 1)
 
Опции темы
Опции просмотра

Ваши права в разделе
Вы не можете создавать новые темы
Вы не можете отвечать в темах
Вы не можете прикреплять вложения
Вы не можете редактировать свои сообщения

BB коды Вкл.
Смайлы Вкл.
[IMG] код Вкл.
HTML код Выкл.

Быстрый переход

Похожие темы
Тема Автор Раздел Ответов Последнее сообщение
Benjamin Biolay au Bataclan le 20 juin Boris Что-Где-Когда 13 23.07.2005 22:23
продам DVD Benjamin Gates et le trésor des Templiers Veronique Куплю-продам-отдам в хорошие руки 2 02.07.2005 15:42


Часовой пояс GMT +2, время: 09:31.


Powered by vBulletin®
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
 
Рейтинг@Mail.ru
 
©2000 - 2005 Нелла Цветова
©2006 - 2019 infrance.su
Design, scripts upgrade ©Oleg, ALX